X
MesFinances.be » Blog » Perte de 139 millions de $ pour la néobanque Revolut

Perte de 139 millions de $ pour la néobanque Revolut

La Fintech Revolut a perdu 139 millions de dollars cette année ! Détenteur d'un compte chez eux, devez-vous être inquiets pour autant ? Analyse de la situation ...

logo néobanque Revolut
crédit: Revolut.com

La néobanque vient de dévoiler ses résultats 2019. Les pertes sont colossales et s'élèvent à 139 millions de dollars contre 43 millions l'année d'avant. 

Il y a pourtant un réel engouement pour Revolut et les néobanques en général. En terme de clientèle Revolut passe de 3,5 à 10 Millions de clients, pas de quoi rougir donc !

Et son chiffre d'affaire: il passe de 76 à 213 millions.

Beaucoup de signes positifs, mais où est l'erreur ?

Les explications chiffrées de Revolut sont-elles rassurantes ?

Nik Storonsky, son CEO et fondateur, expliquait les pertes par de lourds investissements et le fait de s'être implanté entre-autre sur le marché des Etats-Unis.

Les partenaires internationaux de Revolut, Visa mais aussi MasterCard, sont plus que jamais confiants puisqu'ils l'accompagnent sur pas moins de 24 nouveaux marchés.

Depuis le début de l'année, Revolut a levé 500 millions de dollars, ce qui valorise la société à 5,5 Milliards !

Le nombre de clients a encore augmenté de 3 millions depuis janvier. L'entreprise totalise 2,2 milliards de dépôts sur ses comptes. 

Revolut et les néobanques ont encore un bel avenir devant eux

Revolut semble maîtriser ses pertes, avec des investisseurs toujours présents et un percée à l'international. Les chiffres sont là, la clientèle est en augmentation, les coûts maîtrisés. Ils vont probablement essayer d'augmenter petit à petit le revenu par client, nous restons attentif pour vous.

Je partage :

2 commentaires

  1. pierre tornade sur 15/08/2020 à 11:08

    Le bisness modèle de revolut repose sur une stratégie de plateforme ( twitter, facebook,..) mais dans la banque du fait des contraintes réglementaires un client embarqué coute chaque mois indépendamment de son usage des services offerts, ce modèle amène donc à faire financer le cout d'exploitation annuel d'un client passif aux actionnaires, et non pas seulement les couts d'acquisitions de la clientèle. Revolut , ne met bien évidemment pas en avant cet énorme inconvénient, en promettant à coup de valorisation insensée un profit rapide à l'actionnaire. Nous somme en face de l’équivalent d'une pyramide de "ponzi", tant que la croissance en nombre de client est forte, on peut lever des fonds au près des actionnaires, et ainsi financer les pertes d'exploitation, mais comme la plus part des clients captés ne seront jamais rentable, ces pertes s'accélèrent, gare au moment où l'histoire de la banque mondiale ( avec des régulateurs et des usages locaux!!) va s'arrêter....Là les premiers actionnaires à sortir seront les seuls gagnants....
    Pour les dépôts client moins de problème, les régulateurs sont censés veiller, toutefois la garantie de place offerte par un petit pays où révolut a obtenu sa licence bancaire, ne permettra pas d'indemniser les déposants si revolut se lance dans le crédit et devient défaillant. En conclusion profitez de l'orchestre tant qu'il joue sa musique, le risque qu'il n'y ai pas autant de chaise que de joueur est assez grand lorsque la musique de la croissance sans limite s'arrêtera.

    • Erwin Barbé sur 15/08/2020 à 13:25

      Merci Pierre pour cette vision du modèle Revolut. Est-ce votre avis en ce qui concerne les néobanques de manière générale ou spécifique à Revolut. N26 montre déjà des résultats positifs par exemple.

Laissez un commentaire




Newsletter

Recevez gratuitement
nos conseils et astuces par e-mail !

« Se tenir informer et comparer permet de faire des économies et de gérer efficacement ses finances personnelles. »

Vous n’aimez pas le spam ? Nous non plus ! Votre adresse e-mail sera utilisée exclusivement pour l’envoi de notre newsletter.

>> Plus d'informations sur le traitement de vos données <<