X
Vous êtes ici : MesFinances.be » Blog: actu & infos » Les conditions d’octroi du prêt hypothécaire se durcissent en 2020

Les conditions d’octroi du prêt hypothécaire se durcissent en 2020

Trouver le meilleur taux pour financer votre projet immobilier !

Il n'y a pas de secret pour trouver le meilleur taux il faut comparer !

Pour acquérir un bien immobilier, la plupart des belges se tournent vers un crédit hypothécaire. Pratique, celui-ci permet de financer l’achat immobilier d’un client, souvent en intégralité, en se rendant dans un établissement banquier pour effectuer un prêt. Ainsi, il facilite l’accès à un nouveau bien par un ménage belge. Pourtant, en raison des nouvelles conditions du prêt hypothécaire de 2020, certains hésitent à franchir le pas. Mais est-ce justifié ?

Les détails sur les nouvelles conditions du prêt hypothécaire de 2020

La toute nouvelle réglementation est en application depuis le 1er Janvier 2020. Ces nouvelles conditions pour souscrire au prêt hypothécaire de 2020 sont rudes pour les plus à risques. Et la Banque National de Belgique a justement indiqué que c’est l’objet de cette nouvelle règlementation. En quoi consiste précisément cette nouvelle contrainte qui s’abat sur l’ensemble des ménages de la population belge ?

Elle stipule, en premier lieu, que les banques n’auront plus le droit d’accorder un prêt couvrant la totalité du bien immobilier souhaité. Le crédit s’élèvera donc, à 90% du prix tout au plus. Ainsi, le ménage qui a emprunté doit être prêt a déboursé directement 10% du prix. En outre, le prêt ne peut, de droit, comporter les différents frais d’enregistrements et de notaires. Découvrez comment négocier un prêt hypothécaire au taux le plus bas

Les conséquences sur la facilité d'acquisition de ce type de crédit

Avant l'arrivé des nouvelles conditions, les ménages avaient l’habitude de contracter un prêt à hauteur de 125% du prix du bien. Et ce, dans l’objectif de couvrir les frais d'enregistrement et de notaires. Maintenant, la situation est plus nuancée. Quant aux investisseurs, qui ne deviennent pas habitants du bien qu’ils achètent, ils n’ont droit qu’à un crédit à hauteur de maximum 80% du prix d’achat.

Des conditions plus rigides pour le prêt hypothécaire en 2020, mais pour quelles raisons ?

Avant tout, la BNB souhaite réduire, le plus possible, le risque face à la crise financière. En effet, au fil des années, le taux d’endettement hypothécaire des ménages a augmenté, soumettant le pays a une potentielle bulle immobilière. Alors la BNB a mis en place des mesures drastiques pour que les ménages et les investisseurs les plus à risques soient dans l’incapacité d’emprunter. C'est le but de ces nouvelles conditions pour le prêt hypothécaire de 2020. Ainsi, elle cherche à protéger les emprunteurs contre le surendettement.

Ce geste averti les banques des risques potentiels qu’elles ont pris par le passé. Pourtant, s’il n’y a pas eu de crise économique, c’est pour éviter l’arrivée d’une nouvelle crise que la BNB a décidé de modifier légèrement son système. Une modification, qui, à terme, a pour objectif de réduire le taux de prêt hypothécaire des ménages et investisseurs belges (qui était en hausse depuis 2017). Également, car il y a plusieurs raisons : l’augmentation de la population et la diminution de la taille des ménages ont renforcé la volonté d’établir un cadre plus stable.

La BNB a néanmoins défini certaines marges pour aider les jeunes acquéreurs.

La BNB n’a pas formellement interdit les prêts contournant les 90% du prix du bien aux banques. Toutefois, elle a imposé des « marges de tolérance ». Ainsi, un petit 20% de marge peut s’appliquer pour les acheteurs d’un bien occupé par le propriétaire. Cela monte à 35% pour les primo-acquéreurs. Les investisseurs n’ont droit qu’à 10%. Ces marges rendent plus flexibles les conditions d'obtention du prêt hypothécaire implémentées en 2020.

Ces mesures affectent donc les investisseurs plus que les ménages. Devoir débourser 1/5 du prix d’achat va en freiner certains vis-à-vis de l’acquisition d’un bien de valeur. Le seuil de tolérance établi permet à plus de ménages de continuer à emprunter, mais ils doivent tout de même débourser plus qu’avant. Le nombre de prêts accordés dans l’année 2020 devrait donc, très logiquement, diminuer par rapport à 2019.

Je partage :

Laissez un commentaire




Newsletter

Recevez gratuitement
nos conseils et astuces par e-mail !

« Se tenir informer et comparer permet de faire des économies et de gérer efficacement ses finances personnelles. »

Vous n’aimez pas le spam ? Nous non plus ! Votre adresse e-mail sera utilisée exclusivement pour l’envoi de notre newsletter.

>> Plus d'informations sur le traitement de vos données <<