X
Aller au contenu
MesFinances.be » Blog » Le rachat des années d'études pour compléter la pension

Le rachat des années d'études pour compléter la pension

Racheter ses années d'études et bénéficier d'une meilleure pension. C'est possible en Belgique.

Catherine et Michel sont au micro de ce Parole de Financier pour répondre à toutes vos questions.

résumé et chiffres - racheter ses années d'études

(E) Nous accueillons deux nouveaux experts, Catherine & Michel ! Tous deux baignent dans le milieu financier depuis de nombreuses années. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours ? 

(C) Oui bien sûr ! Je suis économiste de formation et j’ai directement travaillé dans le secteur bancaire après mes études. Cela m’a permis de découvrir l’envers du décors : par exemple le fonctionnement des salles de marché mais aussi le calcul des risques de crédit. Depuis plus de 20 ans maintenant je suis formatrice dans le domaine financier. Cet aspect de transmission est quelque chose de vraiment très important pour moi.

 

(M) Pour ma part mon parcours est un peu atypique. En effet, je suis scientifique de formation. Mais je ne me sentais pas l’âme d’un rat de laboratoire. J’avais envie de contacts humains. J’ai donc travaillé comme conseiller dans différentes agences bancaires, au plus près des gens afin de les accompagner dans leurs projets. Et depuis 20 ans maintenant j’ai également endossé le rôle de formateur.

  

(E) Vous avez donc tous les deux une solide expérience dans le domaine financier ! Ainsi que dans la formation ! Qu’est-ce qui vous porte aujourd’hui ? 

(C) Et bien maintenant, forts de notre expérience, nous avons très envie de partager nos connaissances et répondre à certaines questions avant même que les gens ne se les posent.

(M) Qu’on le veuille ou non, la plupart des moments-clés dans une vie nécessitent de l’argent : acheter une maison, prendre une année sabbatique pour partir à l’autre bout du monde, arriver sereinement à la pension, … tout cela demande une préparation financière.

(C) Chaque mois, nous allons venir ici et proposer un thème en l’abordant de manière très concrète.

 

(E) Très bien ! Et quel sujet avez-vous choisi pour aujourd’hui? 

(M) Nous allons parler de la possibilité de racheter certaines  années d’études, c’est-à-dire de valoriser ces années pour le calcul de la pension.

 

(E) Très bien ! Tout d’abord en quoi consiste le fait de racheter ses années d’études ? et quels avantages peut-on en tirer ?

(M) L’objectif du rachat des années d’études est de valoriser financièrement cette période et ainsi obtenir une pension plus élevée. 

Quelles années d’études peut-on valoriser ? toutes les années de l’enseignement supérieur universitaires et non-universitaires, supérieur technique et professionnel de plein exercice. Ces années d’études doivent avoir débouché sur un diplôme et les années ratées n’entrent pas en ligne de compte. A savoir également, les années de thèse de doctorat sont limitées à deux ans. Les diplômes étrangers peuvent également conduire à une valorisation pour autant qu’une équivalence soit reconnue en Belgique.

Il n’est pas obligatoire de valoriser toutes les années d’études, vous pourrez très bien aujourd’hui valoriser deux années et par la suite valoriser les années restantes. Deux demandes maximum peuvent être faites.

Les indépendants introduiront leur demande via leur caisse d’assurance sociale et les salariés et fonctionnaires via le site fédéral des pension ou bien sûr par courrier à l’office fédéral des pensions.

  

(E) Est-ce que cela signifie également pouvoir partir à la pension plus tôt ?

(M) Non malheureusement ….Cela ne permet pas de partir à la pension plus tôt, la pension anticipée reste fixée à 63 ans avec 42 ans de carrière. Avec des exceptions pour certains secteurs ou pour les longues carrière.

(E) S’agit-il du même système qu’on soit salarié, indépendant ou encore fonctionnaire ?

 

(M) Pour les salariés et indépendants, même système . quelques différences pour les fonctionnaires. Pour ces derniers, une année d'études rachetée est comptabilisée comme une année de travail pour le calcul de la pension.

 

(E) Ce rachat a j’imagine un coût financier ! Quel est-il ? Et surtout qu’est-ce que cela rapportera  au futur pensionné ?

(M) Parlons d’abord des avantages financiers : une année valorisée rapporte 282 euros brut indexés pour une pension d’isolé et 353 euros brut et indexés pour une pension de ménage.

Ensuite venons-en aux couts : une année valorisée pendant les 10 années suivant l’obtention de son diplôme revient actuellement à 1. 591 euros en sachant que ce montant est déductible fiscalement en tant que cotisations sociales. Le contribuable pourra ainsi récupérer un montant conséquent, il s’agit d’une récupération au taux marginal d’imposition qui peut atteindre 50 %.

Si la valorisation a lieu après ce délai de 10 ans, un calcul actuariel aura lieu en tenant compte de l’âge de la personne, de tables de mortalité notamment.

 

(E) D’accord  donc d’un point de vue financier c’est intéressant ?

(C) C’est un petit peu plus compliqué que cela. En fait l’avantage va dépendre de toute une série de données : l’âge de la personne, son salaire, le nombre d’années rachetées, … Pour certains ce ne sera guère avantageux.

De plus, comme Michel nous l’a dit, passées les 10 premières années, le coût de rachat de ses études est beaucoup plus important. De 1.591 € l’année quand on vient de terminer ses études, on va facilement passer à 2.000 € l’année, 3.000 € et cela peut atteindre jusque 6.000 € !

Si on multiplie cela par 4 ou 5 années d’études voire plus, cela représente un bel investissement quand même !

D’autant plus que c’est un fameux pari sur le futur. Nous ne savons pas ce que sera le système des pensions dans 10 ans, 20 ans ou 40 ans. Nous avons déjà connu beaucoup de réformes et ce n’est certainement pas fini.  

Et une autre inconnue concerne la personne elle-même. Quid si elle décède avant sa pension ou dans les premières années de celle-ci ?! Et bien dans ce cas-là, l’argent investi est perdu !


(E) Avez-vous dès lors d’autres solutions à nous proposer?

(C) Bien évidemment Erwin ! Si on considère un rachat dans les 10 premières années après les études d’une durée classique de 5 ans, on parle quand même d’un montant de presque 8.000 €. Bien investie sur une période d’une trentaine d’années, je ne parle donc pas ici de laisser cette somme sur un compte d’épargne au vu des taux d’intérêt actuels. Mais investi dans un placement avec un bon rapport entre le rendement et le risque, cette somme va bénéficier de l’effet exponentiel de la capitalisation. De quoi obtenir un capital intéressant à la pension, de l’ordre de 25-30.000 € et donc une rente potentiellement équivalente à l’augmentation de la pension légale grâce à la valorisation des années d’études !

Et l’avantage de cette solution est que en cas de décès, les héritiers pourront récupérer ce capital.

Mais bien sûr tout le monde n’a pas 8.000 € à investir pour sa pension quand il démarre dans la vie active.

Le recours à l’épargne automatique est alors la solution. Tout le monde je pense connaît l’épargne-pension fiscale que ce soit sous forme de fonds ou d’assurance-vie. Sinon, nous aurons l’occasion d’en reparler plus en détails une autre fois. Mais en quelques mots, on peut dire que le système consiste à verser régulièrement un montant sur un fonds ou sur un contrat d’assurance-vie et ainsi  de disposer d’un capital à la pension duquel on pourra tirer une rente. Et dans ce cadre de l’épargne-pension le contribuable aura bénéficié d’une réduction d’impôts chaque année.     

 

(E) Merci Catherine & Michel pour toutes ces précisions. On se retrouve le mois prochain avec un nouveau sujet. Pouvez-vous déjà nous dire de quoi nous parlerons ?

(M) Nous parlerons d’un sujet cher à la plupart de nos concitoyens : se préparer au remboursement d'un crédit hypothécaire !

Pour plus de renseignements sur le sujet, nous vous invitons à vous rendre sur www.rachetezvosetudes.be

Quelques exemples en terme de durée pour racheter ses études
Je partage :

1 commentaire

  1. Frédéric sur 03/01/2022 à 21:20

    Bonjour Catherine et Michel,
    N'est-ce pas un moyen mis en place par l'Etat pour faire rentrer de l'argent supplémentaire à court terme sachant qu'on ne sait toujours pas si à terme l'Etat sera en mesure de payer les pensions?
    Si je place une quantité d'argent équivalente aux montants des années que je peux potentiellement racheté, n'est-ce pas plus rentable et plus sûr?
    Frédéric

Laissez un commentaire